• Accueil
  • > Recherche : plus beaux villages france

Résultats de votre recherche

Brousse le château (12)

Posté par villagesenfrance le 26 septembre 2010

Un des plus beaux village de France !!! Un des 10 en Aveyron.

Brousse le chateau
Album : Brousse le chateau

12 images
Voir l'album

Perché sur un éperon rocheux, le château-fort fut bâti au IX° siècle et remanié jusqu’au XVII°s. Il fut la propriété des seigneurs d’Arpajon durant 500 ans. Monument historique, il protège un des « plus beaux villages de France ». Pour y accéder, il vous faudra passer le vieux pont « crouput » datant de 1366, grimper à travers les ruelles anciennes encore pavées … Et puis, après avoir fait une halte à l’église du XV°s, consacrée à Saint-Jacques le Majeur, vous pourrez découvrir cette forteresse.

Du Moyen-Age, elle a conservé son enceinte fortifiée, son chemin de ronde ainsi que 5 tours de défense. On peut parcourir le rempart, visiter les tours, les appartements du seigneur datés de la Renaissance. Panoramas, lieux d’expositions de peintures et sculptures, animation scolaire …

Cette vallée est en prolongement des gorges du Tarn, avec son relief particulièrement pittoresque et naturel offre également des sentiers aux amateurs de randonnées avec possibilité de se restaurer dans un relais gastronomique.

Publié dans Villages Aveyron 12 | 3 Commentaires »

Fourcès (32)

Posté par villagesenfrance le 16 novembre 2009

Fourcès
Album : Fourcès

8 images
Voir l'album
Fourcès, village du Gers de 300 habitants et bastide gasconne, est classé parmi les plus beaux villages de France.

Ce village féodal doit son originalité à sa forme circulaire. Son histoire et son architecture en font un des joyaux de l’Armagnac. Ce village d’une vingtaine de maisons au départ fut construit autour d’un château au donjon de bois.

De nombreuses et magnifiques « curiosités» font la renommée de Fourcès:

  • Une bastide anglaise atypique: rare bastide a avoir une forme ronde avec une grande place de 75 mètres de diamètre.

  • Un ancien Castelnau: la seigneurie de Fourcés, vers l’an mille est l’une des plus importante de Gascogne. Le château, demeure seigneuriale, occupe alors la place centrale du village, c’est une motte « castrale » entourée de fossés ou « castellum ». Au début du 11°s, la place forte défend la souveraineté de la Gascogne convoitée par la puissante Aquitaine. Mais le fief est vaincu et passe du comté de Gascogne au duc d’Aquitaine.
    Un siècle plus tard, en 1279, au traité d’Amiens, l’Agenais avec Fourcès deviennent anglais.

  • Le chemin de ronde: il épousait les fortifications de la bastide, c’est le chemin que l’on devait suivre pour contourner les fortifications et atteindre l’une des portes d’entrée à la bastide.

  • Le château médiéval: la tour ronde date du 15°-16°s. Il fut transformé en Hôtel 3 étoiles-restaurant tout en respectant l’architecture de l’époque. A voir à proximité le vieux pont médiéval du 15°s

  • L’église paroissiale Sant-Laurent: à l’extérieure de la bastide, l’église plus récente, Moyen-âge, mais a été en partie refaite à la fin du 19°s. Le chevet et le clocher de style gothique sont les témoins du temps passé.

  • Tour de l’horloge de Fources: porte tour carrée typique des bastides permettant l’accès à la bastide. C’est également un beffroi avec un magnifique clocheton pyramidal au sommet. Les portes n’étaient fermées et gardées que la nuit, les gardes élisaient domicile au rez de chaussée de la tour avec en équipement quelques arbalètes.

Publié dans Villages Gers 32 | Pas de Commentaires »

La Couvertoirade (12)

Posté par villagesenfrance le 13 octobre 2009

La couvertoirade
Album : La couvertoirade

13 images
Voir l'album
Au sud du département de l’Aveyron, la Couvertoirade, un des plus beaux villages de France, témoignage de la présence des Templiers et des Hospitaliers.

Le village classé et protégé, bâti au pied du château Templier du 12° siècle et de l’église, s’est doté d’une enceinte fortifiée au 15° siècle du temps des Hospitaliers admirablement conservé.

Aux détours des ruelles bordées de maisons caussenardes modestes datant du 15° siècle et d’hôtels particuliers du 17°s, les échoppes et galeries d’art invitent à la détente. L’accès aux remparts et une visite guidée vous sont proposées.

Le village est visité depuis des décennies et surprend toujours lorsqu’on voit surgir du chaos rocheux les tours intactes de son enceinte. Par son état de conservation exceptionnel, le village possède tous les éléments de l’urbanisme médiéval et le visiteur sera toujours frappé par les trésors qu’il renferme.

L’église de la couvertoirade, d’un plan très simple, nef unique et choeur carré a été construite par les Hospitaliers au 14° siècle.

Le cimetière, aujourd’hui désaffecté, a conservé son mur de clôture et a été coupé en 2 par la muraille de l’enceinte fortifiée de 1439 (l’ancien cimetière avec ses stèles discoïdales)

A voir également, le château authentiquement templier, les vestiges de l’église pré-romane de Saint-Christol 11° siècle, …. les autres cités templières de Sainte-Eulalie de Cernon et La Cavalerie.

Publié dans Cites Templieres, Villages Aveyron 12 | Pas de Commentaires »

Angles sur l’Anglin

Posté par villagesenfrance le 8 septembre 2009

Angles sur l’Anglin, un des plus beaux villages de France, dans le département de la Vienne (86), près de Poitiers et  à à la frontière du Berry vers la Roche Posay.

Merci à Gilles Portron

OFFICE DE TOURISME:

2 r du four Banal – 86260 Angles sur l’Anglin -
Tel: 05 49 48 86 87 – Fax: 05 49 48 27 55 –

Courriel: info@AnglesSurAnglin.com

 

Publié dans !! Faites vous connaitre !! | 1 Commentaire »

Calvi (Corse)

Posté par villagesenfrance le 8 juillet 2009

Calvi
Album : Calvi

10 images
Voir l'album
Au nord ouest de la Corse, Calvi se dresse fièrement sur son promontoire rocheux, dominant un des plus beaux golfes de l’île. Plage de sable fin, édifices religieux, son histoire, tout est réuni pour passez des moments inoubliables. Faisant ace à la mer, la majestueuse citadelle de Calvi témoigne du passé de la ville. 

Cette ville est d’ailleurs « divisée » en 2 parties : 

La Basse Ville : 

Où l’on y retrouve  l’Eglise Sainte Marie Majeure (18°s) de style baroque classique, le Marché couvert du début XXème siècle, la Chapelle Notre Dame de Loretto XVIème siècle, la Tour de Sel du 18°s, l’ancien poste de guet et entrepôt de sel, la Stèle de Christophe Colomb 1992, la Chapelle funéraire Sainte-Marie 13°s, construite à l’emplacement de la première basilique de la Basse Ville bâtie au IVème siècle et la Chapelle de Notre Dame de la Serra du 15°s. 

On contempler cette magnifique vue panoramique sur Calvi. 

 

La Haute-Ville : 

Fortifications de la Citadelle 13°s, le Palais des Evêques de Sagone 16°s de nos jours résidence privée. La Maison de Laurent Giubegga : Lieu de séjour de Napoléon en 1793, la maison natale de Christophe Colomb, la cathédrale Saint Jean-Baptiste 13° de style baroque classique. Et enfin l’Oratoire St Antoine 1510, siège social des confréries de Saint-Antoine et de l’Annonciation

 

Avec un tel patrimoine, un circuit historique de la citadelle a été mise en place. 

 

L’historique de Calvi dans ses grande lignes : 

 

  • ·         Capitale de la Balagne

  • ·         La première cité paléochrétienne occupait la ville basse actuelle. 

  • ·         Reconstruite au 13ème par Jean de Loreto, elle se rangea aux côtés des Génois et leur resta fidèle jusu’au rattachement à la France ; même Pascal Paoli ne put s’en emparer. 

  • ·         Calvi repoussa en 1555 l’assaut de la flotte turque. 

  • ·         Bonaparte s’y réfugia en 1793

  • ·         La ville fut occupée par les Anglais après un siège sévère en 1794 où Nelson perdit un oeil. 

  • ·         Christophe Colomb serait né à Calvi. 

 

Quelques sites remarquable de la ville et ses environs sont à ne pas manquer : 

·         Les golfes de Calvi et de Revellata , la pointe de Revellata, capo delle Prune et capo Murione 

·         Plusieurs petits ports dont l’Alga. 

·         Les villes et villages de Porte Vecchio, Agro, Recisa. 

·         Le très beau site de la plage et des pinèdes, de la gare au fiume Secco et immeubles. 

·         L’ embouchure et vallée du Figarella. 

·         Les grottes marines du Mugissement des Veaux Marins. 

·         Et les très nombreux panoramas, notamment de la citadelle, de la chapelle della Serra, de la pointe de Revellala. 

 

Publié dans Villages Corse 2A 2B | Pas de Commentaires »

Aiguèze (30)

Posté par villagesenfrance le 8 juillet 2009

aiguèze
Album : aiguèze

11 images
Voir l'album
Au pied de son à-pic rocheux, coule l’Ardèche. Début ou fin (suivant le sens) des célèbres Gorges de l’Ardèche. Mais de ce côté-ci où cours l’eau, c’est bien le Gard, et l’on peut lire sur certaines enseignes quelques « Gardèche » non dénué d’humour. 

Un charmant bourg médiéval, ancienne forteresse aux vestiges bien conservés (tours, fortifications), son église ogivale du 16° siècle restaurée au 19°s juchée sur un nid d’aigle et classée parmi les plus beaux villages de France depuis 2005. Il est situé à 26 kms au Nord de Bagnols. 

Perché sur la falaise qui domine l’Ardèche à la fin des Gorges, la forteresse d’Aiguèze (XIe-XIIe siècle) évoque les rivalités entre les barons d’Aiguèze, vassaux des comtes de Toulouse, et les comtes-évêques de Viviers. La concurrence entre ces deux grands seigneurs se termine lors de la croisade contre les Albigeois et la victoire du roi de France allié au Pape. 

Lors de la Guerre de Cent Ans, la région est régulièrement ravagée par les grandes compagnies (soldats déserteurs et bandits de grand chemin) : c’est la période des Jacqueries. Dans la région, les « Tuchins » s’emparent de plusieurs cités – et d’Aiguèze en enivrant la garnison. Le roi de France mobilise une véritable armée pour reprendre la forteresse qu’il détruit de fond en comble : en 1384, il reste neuf feux à Aiguèze, alors qu’aux temps de sa splendeur 500 hommes d’armes et plus d’un millier de personnes y vivaient. Aiguèze ne s’en remettra jamais. 

Dans la deuxième moitié du XVe siècle, la population est partiellement revenue. Un hôpital fortifié y est construit. Au siècle suivant, l’église est agrandie (porche de 1552) et de nombreux bâtiments sont relevés. Dans bien des maisons – on le note en se promenant dans les rues – les rez-de-chaussée ont des voûtes romanes du XIe ou XIIe siècle, et les étages des fenêtres à meneaux Renaissance. 

Le XIXe siècle est celui d’une relative prospérité agricole en polyculture et petit élevage. Une filature de soie s’installera sur la Roque surplombant l’Ardèche. A la fin du siècle, la crise du phylloxera anéantit le vignoble. Le début du XXe siècle a deux visages : Aiguèze paie un lourd tribut à la Grande Guerre : un tiers des hommes valides n’en reviennent pas. Mais grâce notamment au mécénat de Mgr Fuzet, archevêque de Rouen et enfant du pays, Aiguèze change tout en conservant son caractère médiéval : autour de 1915, plantation de platanes, aménagement du jeu de boules, rénovation de l’église (clocher octogonal devenu gothique, fresques néo-gothiques de la nef), restauration de « l’Escalo », chemin qui descend du « Castelas » jusqu’à l’Ardèche où se dressent les ruines de Borian, un ancien hameau de pêcheurs. Et depuis 1905, un pont suspendu par-dessus la rivière, au quartier de la Blanchisserie, relie Aiguèze à Saint-Martin-d’Ardèche 

Avec plusieurs sites classés ou inscrits à l’inventaire et un panorama exceptionnel sur l’Ardèche, de l’entrée des Gorges à la plaine du Rhône avec le Mont Ventoux, Aiguèze est, depuis 2005, labellisé l’un des Plus Beaux Villages de France

Publié dans Villages Gard 30 | 3 Commentaires »

Les Baux de Provence (13)

Posté par villagesenfrance le 16 mars 2009

Les Baux de Provence
Album : Les Baux de Provence

6 images
Voir l'album

Entre un précipice vertigineux et les impressionnantes ruines de sa forteresse très longtemps inexpugnable, le plus visité des villages français se cale sur un éperon rocheux des Alpilles, entre le vallon de la Fontaine et le Val d’Enfer. S’étendant sur la falaise, (les ruines se confondent presque avec la paroi rocheuse), Le village des Baux de Provence (du provençal baou « piton ») se composent d’une partie basse très animée avec ses rues pavées bordées d’élégantes maisons Renaissance, sa charmante place, et son église St Vincent du XIIe siècle, et puis d’une partie haute désertée, jadis séparée du village par un rempart et un fossé : « la cité morte » qui domine le Val d’Enfer.

Situé au nord-ouest du département des Bouches du Rhône à 18 km au sud-ouest d’Arles. Il fait parti des plus beaux villages de France.

Office de Tourisme : 04.90.54.34.39
http://www.lesbauxdeprovence.com

Aux alentours, découvrez les paysages et les villages des Alpilles : St Rémy de Provence, l’abbaye de Montmajour, Maussane, Eygalières, Fontvieille et le moulin de Daudet. Explorez ensuite Arles et la Camargue.

Source: http://www.villagesdefrance.free.fr

Publié dans Villages Bouches du Rhone 13 | Pas de Commentaires »

Monuments Nationaux

Posté par villagesenfrance le 17 février 2009

phpthumbgeneratedthumbnailjpg.jpg

Le Centre des monuments nationaux est un établissement public administratif placé sous la tutelle du ministre de la Culture et de la Communication.
Il conserve, restaure, gère, anime, ouvre à la visite près de 100 monuments nationaux propriété de l’Etat, au nombre desquels : l’abbaye du Mont-Saint-Michel, les châteaux d’Angers et d’Azay-le-Rideau, le château et les remparts de la cité de Carcassonne, l’Arc de triomphe et la Sainte-Chapelle, pour n’en citer que quelques-uns. Tous illustrent par leur diversité, la richesse du patrimoine français de toutes les époques : abbayes, châteaux, grottes préhistoriques, sites archéologiques…

Le Centre des monuments nationaux a pour mission d’assurer en tant que maître d’ouvrage, la conservation, la restauration et l’entretien des monuments placés sous sa responsabilité mais aussi de les mettre en valeur d’en développer l’accessibilité au plus grand nombre et d’assurer la qualité de l’accueil. Il favorise avec près de 200 manifestations par an la participation des monuments nationaux à la vie culturelle et au développement du tourisme, en concertation avec les directions régionales des affaires culturelles, les collectivités territoriales et les réseaux d’institutions culturelles.

Le Centre des monuments nationaux assure, en outre, une mission d’éditeur public sous la marque Éditions du patrimoine. Il contribue ainsi fortement
à la connaissance et à la promotion du patrimoine par l’édition de guides
de visite, de beaux livres – ouvrages photographiques et ouvrages de vulgarisation -, de monographies d’architectes ou d’édifices, de textes théoriques, techniques ou scientifiques, de livres pour enfants, d’ouvrages pour aveugles et malvoyants et pour sourds et malentendants.

Le Centre des monuments nationaux rassemble 1313 permanents comme saisonniers, au service du public. Son budget total annuel est, en 2009, de 120 millions d’euros alimenté essentiellement par ses propres ressources (billetterie, locations d’espaces, recettes issues des boutiques et des Éditions du patrimoine, mécénats) mais aussi par une subvention du ministère de la Culture et de la Communication dont plus des ¾ sont destinés aux opérations d’entretien et de restauration au titre des nouvelles compétences du Centre en matière de maîtrise d’ouvrage. Il a accueilli près de 8,5 millions de visiteurs en 2008 dans les monuments dont il a la responsabilité.

phpthumbgeneratedthumbnailjpg1.jpg

Les grands chantiers de restauration

Début 2007, le Centre des monuments nationaux s’est vu attribuer de nouvelles compétences : il est désormais responsable de la conservation des monuments nationaux (les monuments appartenant à l’Etat qui lui sont remis en dotation et ceux qui lui appartiennent en propre) et maître d’ouvrage des travaux de restauration, d’entretien et de gros investissement menés sur ces monuments. Cet élargissement de ses missions confère au CMN, sous le contrôle de l’Etat, une responsabilité globale sur les monuments, et lui permet de renforcer la cohérence des programmes de travaux, en conciliant conservation et mise en valeur.

Centre des monuments nationaux
Hôtel de Sully
62, rue Saint-Antoine
75186 Paris cedex 04
Téléphone : 01 44 61 20 00

http://www.monuments-nationaux.fr

Un grand merci au village de VISSEC (30) qui nous fait parvenir le « mode d’emploi des Monuments Nationaux » !

Monuments Nationaux pdf modeemploimonumentntx.pdf

Publié dans | 2 Commentaires »

Les plus beaux villages de France

Posté par villagesenfrance le 3 mars 2008

CENT CINQUANTE DEUX LIEUX D’EMOTION
 

De la Provence à la Bretagne, du Pays-Basque à l’Alsace, de la Normandie au Roussillon, villages-forteresses, villages perchés, villages-jardins, villages de pêcheurs, villages des plats-pays, acteurs de grandes épopées ou simples témoins de la vie quotidienne ou du savoir-faire d’une époque, les Plus Beaux Villages de France sont autant de pages de notre histoire.Murs de calcaire, granit ou grés, toitures d’ardoises, de lauzes ou tuiles, voûtes, tourelles, escaliers, lucarnes ou fenêtres à meneaux dans une explosion de couleurs ou une sévérité toujours harmonieuse, les Plus Beaux Villages de France sont aussi un livre ouvert sur l’architecture sans architectes et une grande leçon d’écologie. Charles Ceyrac, Maire de Collonges-la-Rouge en Corrèze, a rassemblé en 1982 ces villages souvent inconnus avec la volonté de préserver, rénover, développer et faire connaître ce patrimoine d’intérêt national d’une valeur exceptionnelle.Eviter les écueils du village-musée sans âme et du village-mort glissant dans l’oubli définitif, réconcilier les villages avec l’avenir, redonner la vie autour de la fontaine ou sur la place ombragée de tilleuls et platanes centenaires. Voilà notre ambition raisonnée et passionnée.

Brousse le château (12)

photo: http://jpa.galerie.free.fr

PATRIMOINE ET DÉVELOPPEMENT

Créée autour d’un concept porteur et d’une marque déposée, l’association Les Plus Beaux Villages de France rassemble dans un réseau national 152 villages partageant une dimension rurale et un patrimoine naturel ou bâti d’un intérêt exceptionnel qu’elle a pour objectifs statutaires de préserver, promouvoir et développer. Faire de ces villages des lieux d’excellence, affirmer leur identité tout en respectant leur diversité, bâtir sur leur image et leur notoriété une économie plus forte fondée sur un partenariat entre acteurs économiques capables d’offrir aux nouvelles clientèles françaises et étrangères le plaisir de la découverte de leurs patrimoines vivants, de leur hospitalité et de leur art de vivre résument ses ambitions et sa stratégie.Depuis le 6 mars 1982, l’association a ainsi construit patiemment une forme nouvelle d’intercommunalité nationale et thématique qui contribue à l’indispensable « mise en désir » d’une France rurale encore en déficit d’image et mal identifiée par le consommateur.

http://www.les-plus-beaux-villages-de-france.org/

Publié dans | 6 Commentaires »

Villefranche de Conflent (66)

Posté par villagesenfrance le 26 février 2008

villefranche conflent
Album : villefranche conflent

9 images
Voir l'album
Entourée d’une puissante enceinte fortifiée et au confluent de deux rivières, Villefranche-de-Conflent , classé parmi les plus beaux villages de France, commande une vallée encaissée que le Massif du Canigou sépare de l’Espagne.
http://www.villefranchedeconflent.fr

Créée en 1092 par le comte Guifred de Cerdagne au confluent de deux vallées, la ville reçut très tôt des franchises, d’où son nom. Elle perdit son importance au 18ème et son déclin fut consacré par le transfert de la viguerie à Prades en 1773.

A voir les remparts du 11ème courtines, tour médiévales, portes néo-classiques, la tour du Diable 1454, des maisons 12ème, 13ème, 14ème.

Très belle Eglise paroissiale Saint-Jacques du 11ème/13ème avec nef 12ème doublée d’une nef parallèle à la fin 12ème, prolongées jusqu’à un chevet plat au 13ème, crypte-pourrissoir souterraine ; 2 portes romanes en marbre sculpté 11ème, autel roman ; inscriptions 1263, 1306, 1308, 1328 ; retables de saint Pierre 1627, de la Vierge 17ème, de Notre-Dame-de-Vie par Joseph Sunyer 1715 ; Christ 14ème, Christ aux Outrages 17ème, autre Christ 17ème ; autres statues, toiles et marbres funéraires 17ème et 18ème, nombreux ex-voto.

Passer devant l’Eglise Saint-André romane et les ruines de l’église Saint-Etienne de Campilles.

A admirer à quelques pas de là, l’Abbaye de St Michel de Cuxa et surtout le Fort Liberia construit par Vauban en 1681 et fortifié sous Napoléon III et souterrain 17ème de 734 marches : chemins de ronde, galeries de contrescarpe, bastions, ancienne prison de femmes, chapelle, souterrain de 1000 marches du fort à la ville.

Publié dans Villages Pyrenees Orientales 66 | 4 Commentaires »

123
 

Chiara |
Les apprentis comédiens |
mes ouvrages |
Unblog.fr | Annuaire | Signaler un abus | masque
| La magie dans tous ses états.
| Famille-Amis-Echanges-Loisi...