Villevieille (30)

Posté par villagesenfrance le 8 mars 2010

Villevieille
Album : Villevieille

14 images
Voir l'album
La vallée du Vidourle, à mi-chemin entre les cévennes et la méditerranée, forme une coulée verte. Les paysages, entre olivettes, garrigue et vignobles, sont propices à la randonnée qui permet de découvrir des trésorsdu patrimoine.

L’histoire du village de Villevieille dépend principalement de celle de son château. Il appartient tour à tour aux Bermond d’Anduze (accusés de sympathie cathare et dépossédés en 1243), au dauphin du Viennois au 14ème, puis devint propriété des Pavée au 16ème. La Seigneurie est érigée en baronnie, puis en marquisat. Il devient plus tard le quartier général du maréchal de Damville pendant le siège de Sommières.

Quelques vestiges préhistoriques et antiques sont à découvrir sur le site et ses environs, comme:

  • le village chalcolithique de Fontbouisse: fonds de cabanes, nécropole, stèles funéraires, céramique, outillage lithique ;

  • des types uniques d’habitat de l’âge du Cuivre qui a donné son nom à une époque protohistorique : la « culture de Fontbouisse ».

  • l’oppidum celte, puis gallo-romain.

  • Une mosaïque, poterie, villa gallo-romaine.

L’ensemble du village et ses abords sont un régal pour les amoureux de la nature et de vieilles pierres.

Notre attention se portera plus particulièrement sur les Traces des anciens remparts datant du 15ème ainsi que le majestueux Château du 11ème, fortifié et agrandi au 16ème/17ème, restauré 18ème et récemment: donjon massif 12ème, 3 tours carrées 15ème, corps de logis Renaissance, escalier intérieur monumental ; chapelle classique ornée de stucs.

A proximité, à découvrir le château de Pondres reconstruit fin 16ème: corps de logis Renaissance italienne, 2 ailes en retour d’équerre, 4 pavillons carrés; chapelle restaurée au 19ème. A voir sur le site le pigeonnier ainsi que le vieux moulin sur le Vidourle.

On peut également s’atarder sur l’église du 17° et le temple du village.

Les amoureux des grands espaces seront comblés par la vue qu’offre le panorama sur les cévennes.

Vous pouvez également acheter de l’huile d’olive au Moulin de Villevieille: nous vous conseillons de goûter en particulier l’huile de négrette, d’une grande finesse, aux arômes d’amande et de cacao.

Adresse: 154 avenue des cévennes

Tel: 04.66.80.03.69

Ouvert le lundi de 14h à 18h, mardi à vendredi de 8h-12h à 14h-18h, le samedi de 9h à 12h.

Publié dans Villages Gard 30 | Pas de Commentaire »

Saint-Laurent la Vernède (30)

Posté par villagesenfrance le 8 mars 2010

Saint laurent la vernède
Album : Saint laurent la vernède

8 images
Voir l'album
Le village de Saint-Laurent la Vernède s’étale sur les coteaux qui bordent la rive gauche de la vallée de la Tave, le Gard Provençal.
Son passé remonte à l’époque préhistorique comme l’atteste le magnifique dolmen de Cocovèze.

Le Fort communal, bien conservé, date du 15e siècle, avec ses quatre tours rondes, son portail en décrochement, ses ruelles d’origine et son clocher roman attenant à l’église. Celui-ci, constitué par une tour carrée surmontée par un campanile en fer forgé, domine de ses 32 mètres de haut, la vallée.

Autour du Fort, le village est à découvrir avec ses ruelles parfois étroites, ses maisons discrètes, son lavoir aux eaux vives, sa grande place plantée de 55 platanes centenaires, où il fait bon jouer aux boules

St Laurent la Vernède, offre, ainsi, une qualité de vie fort recherchée à notre époque, il y fait bon vivre et séjourner.

Publié dans Villages Gard 30 | 1 Commentaire »

Montaren-et-Saint-Médiers (30)

Posté par villagesenfrance le 7 décembre 2009

Montaren
Album : Montaren

8 images
Voir l'album
A 3 km d’Uzès, sur la route menant à Alès, se trouve Montaren qui s’est développé aux côtés de la Cité Ducale, pour être aujourd’hui le troisième village du canton. Montaren se distingue par sa beauté, par le nombre et l’originalité de ses puits communaux disséminés dans tout le village. Le château (bâtiment 15ème en équerre, remanié 19ème, créneaux, mâchicoulis) et la Tour Sarrazine du 15°s, campés au milieu du village, ne se visitent pas.
Saint-Médiers (ancien prieuré), magnifique hameau accroché à la colline, bénéficie d’un ensoleillement exceptionnel. Il s’étale au-dessus des vignes au nord du village de Montaren. De nombreux chemins balisés permettent aux amoureux de la nature de belle promenades à pied ou à cheval (pistes balisées du Haras National), dans un environnement de grande beauté.

L’église de Saint-André et Saint-Médiers date du 17° et 19°s.

Adécouvrir également les moulins en ruine et la Tour d’Arbeyre, ancienne verrerie au hameau de Saint-Médiers.

Publié dans Villages Gard 30 | Pas de Commentaire »

Montfaucon (30)

Posté par villagesenfrance le 7 décembre 2009

Montfaucon, site pittoresque, existe depuis le néolithique. Un lieu dit « Pas d’Hannibal » rappelle que le célèbre général carthaginois traversa le Rhône près de l’actuel village.

Ce Fief fut connu dès le 11ème, possédé au 15ème par Claude de Laudun de Vèzenobre, sénéchal de Beaucaire

Edifié au 11e siècle, sur le rocher de St Maur, le château fort féodal permettait autrefois le contrôle du trafic fluvial et la perception des droits de péage.

montfaucon.jpg


Détruit en partie au 16e siècle, pour une raison encore inconnue, il fut restauré et agrandi au siècle dernier (1891) par le Baron Louis de Montfaucon. En souvenir de sa mère Agatha Clavering, il donna au château un style écossais unique en France par sa forme triangulaire.

Depuis 1913, le château est répertorié monument historique

Il surplombe la rive droite du Rhône face à Chateauneuf du Pape.

Aujourd’hui, le Domaine s’étend sur une centaine d’hectares dont 45 ha dédiés à la vigne, avec une grande variété de cépages de la Vallée du Rhône.

Quelques vestiges préhistoriques et antiques sont à découvrir:

  • Oppidum de St-Maur : tumulus des 5ème et 4ème av.J.-C.Oppidum des Eysselets : tombe augustéenne avec mobilier.

  • Tombe gallo-romaine avec mobilier, aux Jouanas.

A voir également l’église datant de 1841, la chapelle St Maur reconstruite au 19e siècle et la chapelle romane St Martin (10e siècle).

Source: http://www.gard-provencal.com

Publié dans Villages Gard 30 | Pas de Commentaire »

Aujac (30)

Posté par villagesenfrance le 6 octobre 2009

aujac
Album : aujac

10 images
Voir l'album
La haute vallée de la Cèze constitue une pointe, à l’extrême nord des Cévennes gardoises, qui s’enfonce entre Ardèche et Lozére. Elle était connue, dès le 13°siècle, sous le nom de Cezarencha.

Le massif-central comportait alors des voies de circulation concurrençant la vallée du Rhône. Le pays de la Cézarenque revêtait une véritable importance stratégique comme e témoigne le réseau de places fortes allant de Villefort à Saint-Ambroix: un château tous les trois kms!! Le Moyen-Age peut-être considéré comme une période prospère pour cette région.

Aujourd’hui, la communauté de communes des Hautes Cévennes, dont fait partie Aujac, a fait de la découverte du patrimoine et du maintien des activités traditionnelles une priorité.

Le village d’Aujac est mentionné dès 1192. Il fut le fief des Cheylard puis des Cubières, pour finalement être érigé en baronnie en 1607.

C’est un très charmant petit bourg, pittoresque. Le temps semble s’y être arrêter. Tout est fait de pierre. On ne peut rater son église datant du 10 et 11° siècle qui trone majestueusement sur la place.

Une visite du village est indissociable de celle de son château, le château du Cheylard.

Publié dans Villages Gard 30 | Pas de Commentaire »

Anduze (30)

Posté par villagesenfrance le 6 octobre 2009

anduze
Album : anduze

8 images
Voir l'album
Anciennement « Andusia », cité gallo-romaine, Anduze fut une Baronnie appartenant successivement aux Bernard d’Anduze, aux rois de France, au Dauphin du Viennois, à Guillaume-Roger de Beaufort, frère du pape Clément VI, puis aux Montboissier. Au cours des guerres de Religion, Anduze, la « Genève des Cévennes », fut une importante place forte protestante, sous le commandement du duc de Rohan. Après la paix d’Alès, en 1629, les remparts furent démantelés.

C’est par sa position défensive que le rocher de Saint-Julien a favorisé l’implantation d’une zone habitée, qui peu à peu s’est développée, en se rapprochant des bords du Gardon.
Au XIIe siècle, la Seigneurie d’Anduze était la plus puissante du Languedoc.

Au XVIe siècle, la ville comptait plus de 7 000 habitants, qui vivaient à l’intérieur des murailles. Ainsi s’explique la complexité du réseau de routes et de ruelles.

De nombreux sites méritent que l’on s’y arrête:

Les casernes: elles furent construites au XVIIe siècle sur le Plan de Brie, pour abriter les troupes royales. La partie qui demeure à gauche du temple abrite actuellement l’Office de Tourisme, la partie de droite est devenue la Mairie.

Le temple: un des plus grand de France, construit entre 1820 et 1823 sur l’emplacement de la cour des Casernes.
La grande nef est partagée en trois voûtes prenant appui sur de puissants pilastres
.
La table de communion, en marbre, fut offerte par un Anduzien, Alexis d’Adhémar. Les deux consoles proviendraient du socle de la statue de Louis XIV, alors au jardin du Peyrou à Montpellier…
Les bancs sont disposés en hémicycle. L’orgue, installé en 1848, souffrit des terribles inondations de 1958. Il fut restauré en 1964, puis reconstruit en 1992, par l’association des amis de l’orgue.

La tour de l’horloge: elle date de 1320, elle a trois niveaux et présente la même architecture que les remparts d’Aigue Mortes. Devenue horloge de ville en 1569, elle fut épargnée lors de la destruction des remparts en 1629, Richelieu aurait alors déclaré « Elle sera le doigt de Dieu dressé vers le ciel »

Le quai: appelé ainsi à tort, car aucun bateau n’est jamais venu y accoster. Il fut construit vers 1770 pour protéger la ville des « Gardonnades ». C’est ainsi que l’on nomme les crues subites du Gardon, dont la ville n’était plus protégée depuis la destruction des remparts.

La place couverte: construite en 1457, appelée « l’Orgerie » ou marché aux grains. Elle fut le lieu du marché aux châtaignes et aujourd’hui celui des produits locaux (le jeudi).

L’église st-etienne: elle fut batie en 1688, sur l’emplacement du premier Temple, lui-même construit sur les ruines d’un église plus vieille. Le premier temple avait été démoli juste après la Révocation de l’Edit de Nantes par Louis XIV, en 1685.

Les nombreuses fontaines (fontaine pagode 1648, …).

A voir à la sortie de la ville (direction Tornac) les ruines restaurées du château de Tornac

Publié dans Villages Gard 30 | Pas de Commentaire »

Saint-Laurent des Arbres (30)

Posté par villagesenfrance le 19 juillet 2009

St-Laurent des arbres
Album : St-Laurent des arbres

11 images
Voir l'album
Saint-Laurent-des-Arbres, village pittoresque du Gard situé à 15 kms d’Orange et 19 kms d’Avignon et 22 kms d’Uzès : idéalement situé aux confins de la Provence, des Cévennes et du Lubéron. 

Places, façades, église, donjon : de la pierre et encore de la pierre, blanche, inchangée depuis les temps médiévaux. Au centre s’élèvent l’église romane Saint-Laurent du 12° siècle, fortifiée au 14°s. Elle fut élevée sous le vocable de Saint-Laurent et appartenait à un seigneur laïc qui en fit don en 919 à l’évêché d’Avignon. 

Le robuste donjon féodal – la tour Jacques Deuze, date du 12° siècle également remaniée au 14°s. Classé monument historique. 

A côté, la tour Ribas du 9° /12°s accueille l’office du tourisme. C’est une tour entièrement d’époque romane de plan carré : crénelage rajouté. 

A voir également le très joli lavoir public du village situé en contrebas, construit en 1866 sous le Second Empire. Très belle charpente recouverte de tuiles provençales. 

Historiquement, Saint-Laurent-des-Arbres est une ancienne seigneurie appartenant aux Sabran ; les évêques d’Avignon y possédaient des droits de suzeraineté dès le 10ème et en devinrent propriétaires au 13ème

Publié dans Villages Gard 30 | Pas de Commentaire »

Mialet (30)

Posté par villagesenfrance le 19 juillet 2009

Mialet
Album : Mialet

10 images
Voir l'album
Mialet est un des nombreux petits villages pittoresques du département du Gard, situé à 22 km d’Alès, à la limite des cévenens. Petit village mais qui s’étend sur 3.000 hectares tout de même. Historiquement, Mialet fut un haut lieu de la révolte camisarde et des guerres de religions. Des réunions protestantes, auxquelles on donna le nom d’ »Assemblées du Désert », se tinrent clandestinement dans la montagne jusqu’à la fin des persécutions. Mialet est demeuré un haut lieu du protestantisme. 

Le village de Mialet et sa région est un haut lieu touristique : rivière, paysages, végétation (faïsses arborées de châtaigniers, oliviers, forêts, …), proximité de sites à visiter (Bambouseraie d’Anduze, Grotte de Trabuc, Musée du Désert, …), nombreuses possibilités de randonnées pédestres, ….. Cette région est très recherchée pour son calme qui y règne malgré l’affluence en saison. 

Le village en lui-même est très intéressant à visiter : le Château d’Aubignac 16ème, restauré récemment, le Pont des Camisards reconstruit au 16ème , le mas Soubeyran du 17ème/18ème, les Moulins à eau sur le Gardon, l’église 12ème remaniée 18ème , son Temple ainsi que ses ruelles pittoresque. 

Publié dans Villages Gard 30 | Pas de Commentaire »

Aiguèze (30)

Posté par villagesenfrance le 8 juillet 2009

aiguèze
Album : aiguèze

11 images
Voir l'album
Au pied de son à-pic rocheux, coule l’Ardèche. Début ou fin (suivant le sens) des célèbres Gorges de l’Ardèche. Mais de ce côté-ci où cours l’eau, c’est bien le Gard, et l’on peut lire sur certaines enseignes quelques « Gardèche » non dénué d’humour. 

Un charmant bourg médiéval, ancienne forteresse aux vestiges bien conservés (tours, fortifications), son église ogivale du 16° siècle restaurée au 19°s juchée sur un nid d’aigle et classée parmi les plus beaux villages de France depuis 2005. Il est situé à 26 kms au Nord de Bagnols. 

Perché sur la falaise qui domine l’Ardèche à la fin des Gorges, la forteresse d’Aiguèze (XIe-XIIe siècle) évoque les rivalités entre les barons d’Aiguèze, vassaux des comtes de Toulouse, et les comtes-évêques de Viviers. La concurrence entre ces deux grands seigneurs se termine lors de la croisade contre les Albigeois et la victoire du roi de France allié au Pape. 

Lors de la Guerre de Cent Ans, la région est régulièrement ravagée par les grandes compagnies (soldats déserteurs et bandits de grand chemin) : c’est la période des Jacqueries. Dans la région, les « Tuchins » s’emparent de plusieurs cités – et d’Aiguèze en enivrant la garnison. Le roi de France mobilise une véritable armée pour reprendre la forteresse qu’il détruit de fond en comble : en 1384, il reste neuf feux à Aiguèze, alors qu’aux temps de sa splendeur 500 hommes d’armes et plus d’un millier de personnes y vivaient. Aiguèze ne s’en remettra jamais. 

Dans la deuxième moitié du XVe siècle, la population est partiellement revenue. Un hôpital fortifié y est construit. Au siècle suivant, l’église est agrandie (porche de 1552) et de nombreux bâtiments sont relevés. Dans bien des maisons – on le note en se promenant dans les rues – les rez-de-chaussée ont des voûtes romanes du XIe ou XIIe siècle, et les étages des fenêtres à meneaux Renaissance. 

Le XIXe siècle est celui d’une relative prospérité agricole en polyculture et petit élevage. Une filature de soie s’installera sur la Roque surplombant l’Ardèche. A la fin du siècle, la crise du phylloxera anéantit le vignoble. Le début du XXe siècle a deux visages : Aiguèze paie un lourd tribut à la Grande Guerre : un tiers des hommes valides n’en reviennent pas. Mais grâce notamment au mécénat de Mgr Fuzet, archevêque de Rouen et enfant du pays, Aiguèze change tout en conservant son caractère médiéval : autour de 1915, plantation de platanes, aménagement du jeu de boules, rénovation de l’église (clocher octogonal devenu gothique, fresques néo-gothiques de la nef), restauration de « l’Escalo », chemin qui descend du « Castelas » jusqu’à l’Ardèche où se dressent les ruines de Borian, un ancien hameau de pêcheurs. Et depuis 1905, un pont suspendu par-dessus la rivière, au quartier de la Blanchisserie, relie Aiguèze à Saint-Martin-d’Ardèche 

Avec plusieurs sites classés ou inscrits à l’inventaire et un panorama exceptionnel sur l’Ardèche, de l’entrée des Gorges à la plaine du Rhône avec le Mont Ventoux, Aiguèze est, depuis 2005, labellisé l’un des Plus Beaux Villages de France

Publié dans Villages Gard 30 | 3 Commentaires »

Barjac (30)

Posté par villagesenfrance le 3 mars 2009

 

Barjac
Album : Barjac

7 images
Voir l'album

Barjac, sur le plateau d’Orgnac, village du Gard, est célèbre dans toute la région, principalement pour ses 2 brocantes annuelles. Ce village possède un quartier haut qui mérite une flânerie dans les ruelles que bordent des demeures du XVIII°s, notamment des filatures de soie.

De l’esplanade qui domine la plaine, belle vue sur les cévennes: enfant de la Cèze, elle garde un oeil sur l’Ardèche en dessinant une frontière en hauteur. De cette position avantageuse Barjac tire ses richesses: donjon féodal, château du XVII°s reconverti en centre culturel, hôtels Renaissance.

De cette séduisante petite cité, vous pouvez suivre le cours d’eau et remonter jusqu’au Cévennes, par Saint Jean de Maruéjols, Saint-Ambroix, Bessèges.

Publié dans Villages Gard 30 | Pas de Commentaire »

12345
 

Chiara |
Les apprentis comédiens |
mes ouvrages |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | masque
| La magie dans tous ses états.
| Famille-Amis-Echanges-Loisi...