• Accueil
  • > Villages Pyrenees Orientales 66

Pézilla-la-Rivière (66)

Posté par villagesenfrance le 13 mars 2008

pézilla
Album : pézilla

3 images
Voir l'album
Pézilla-la-rivière est issu d’une ancienne villa romaine nommée « Villa Pédiliani » ou « Villa Pécilianum » qui a donné son nom au village.

Aucune des civilisations antérieures aux francs n’ont laissé de traces sur le territoire qui nous intéresse : Ni les celtes (-500), ni les romains (-128), ni les wisigoths (408), ni les sarrasins (735), qui se sont succédés en temps que maître du Roussillon. En 811, Charlemagne parvient à repousser les sarrasins de l’autre côté des Pyrénées, et met en place le système féodal.

L’église romane Saint-Saturnin au cimetière date du 15ème : 3 statues 18ème.

  • L’église paroissiale des Saintes-Hosties date du 19ème : autel de Diane et d’Apollon 1er, orgue 1861, Christ gisant 17ème, statues 17ème et 18ème ; trésor d’une vingtaine de pièces du 14ème au 18ème (vases sacrés, objets du culte).

durant le XIVe siècle avec l’adjonction de deux chapelles latérales formant un transept, l’édifice initial n’étant constitué dans d’une nef rectangulaire et d’une abside semi-circulaire.

A noter que l’autel romain dédié à Diane et à Apollon provient de fouilles faites à Château-Roussillon durant l’année 1816.

L’histoire récente nous montre la construction du groupe scolaire, toujours en activité. Quel élève sait qu’il fut bâti en 1867 ?

Publié dans Villages Pyrenees Orientales 66 | Pas de Commentaire »

Le Barcarès (66)

Posté par villagesenfrance le 6 mars 2008

Barcares
Album : Barcares

1 image
Voir l'album
La ville du Barcarès est belle, parée de mille fleurs ! Elle est propre et attrayante : les Barcarésiens s’en réjouissent et les touristes sont en admiration.

Ils pourront admirer les anciennes cabanes de pêcheurs en roseaux, la cabane en sagnes, lieudit Coudalère et l’église paroissiale de l’Assomption 19ème : ex-voto 19ème, 4 statues 18ème, statues de saint Pierre et saint Paul 18ème, anciennes figures de proue de navires.

Les amoureux de la nature peuvent flâner le long de l’étang de Leucate, tandis que d’autres iront au paquebot échoué « Le Lydia », transformé en centre de loisirs.

Publié dans Villages Pyrenees Orientales 66 | Pas de Commentaire »

Vingrau (66)

Posté par villagesenfrance le 4 mars 2008

Vingrau
Album : Vingrau

5 images
Voir l'album
L’origine du nom de Vingrau se trouve dans l’expression latine « viginti gradi », les vingt grades (traduisez les vingt marches). En effet, le chemin menant au village passe par ce que l’on appelle toujours « le pas de l’échelle », qui était constitué à l’époque romaine d’une voie pavée sur laquelle était construite ces marches. Peu à peu, le nom s’est transformé en « Pas de Vingrad », « Pas de vingt graus », puis « Vingrau ».

Il est difficile de trouver des traces des premiers temps de Vingrau. En fait il ne faut pas chercher du côté des documents historiques mais de l’architecture, puisque l’église initiale du village est typique du début du XIIe siècle, une époque où la paix relative de la région permettait la transformation des églises primitives contemporaines de Charlemagne en églises romanes. Cette église est dédiée à Notre Dame de l’Assomption, elle est a présent abandonnée. Elle a été remanié au XVIIIe siècle, et son mobilier a été transféré à l’église moderne.

Elle contient un retable attribué à Louis Généré, contruit entre 1681 et 1683, le retable du Rosaire de 1719, celui de la Sanch du XVIIIe siècle, ainsi que des statues datant du XVIIe et XVIIIe siècle. Il faut signaler aussi la chapelle Notre Dame du Bon Conseil, datant de 1860. Elle contient une intéressante Vierge à l’enfant. On trouve cette chapelle à l’entrée du village, en arrivant par la route d’Opoul.

Vingrau est un village avec pas mal de végétation, on trouve parfois des points de vue intéressants. Une fontaine permet d’alimenter le lavoir juste au dessous.

Il est très bien conservé, il est doté d’un toit solide. Le porche à l’entrée du village est plutôt réussi, avec cet arche en brique rouge. Quelques parties du village sont très jolies, bucoliques et pittoresques comme la petite rue qui monte à l’église initiale du village, particulièrement raide.

A découvrir pour les amoureux de la nature les grottes de Tautavel, des Espassoles et des Châtaigniers.

Publié dans Villages Pyrenees Orientales 66 | Pas de Commentaire »

Port-Vendres (66)

Posté par villagesenfrance le 3 mars 2008

port-vendres
Album : port-vendres

5 images
Voir l'album
C’est ici au Port de Vénus qu’Arago, originaire du village voisin d’Estagel, a situé son point 0 sur le niveau de la mer, à l’origine du système des courbes de niveau.

Cette petite cité touristique, Port Vendres, petite station climatique, occupe une anse abritée et pittoresque vers laquelle convergent les maisons étagées sur les collines environnantes jusqu’au port typique qui a donné son nom au village.

On appréciera les vestiges du fort de la Mauresque et de la redoute de Mailly, la Batterie 500 et le fort de la Galline fin 19ème, le Château Parès, le vieux port de pêche, l’obélisque de marbre rose, le monument aux morts de Maillol et les quais. L’église paroissiale de la Présentation de Notre-Dame date du 19ème comportant des statues du 15 et 16°s. A voir également la Chapelle de Cosprons : ex-voto, Christ en bois peint 17ème, porte avec pentures 1784.

Les fortifications furent terminées sous Louis XV et complétées sous Louis XVI
http://www.port-vendres.com 

Les plus passionnés peuvent découvrir les fouilles sous-marines de Port-Vendres II : épave du 1er, lingot d’étain pur, amphores, jas d’ancre en plomb.

Publié dans Villages Pyrenees Orientales 66 | 1 Commentaire »

Planèzes (66)

Posté par villagesenfrance le 3 mars 2008

planèzes
Album : planèzes

5 images
Voir l'album
La première mention de Planèzes date de 1119 où l’on retrouve sur un document l’emplacement de l’église St Pierre. Il semble donc que le village, créé auparavant, date comme beaucoup d’autres du XIe siècle. Il s’agissait d’une possession de l’abbaye de Lagrasse, aujourd’hui dans l’Aude, qui possédait par ailleurs pas mal d’églises en Fenouillèdes.

La chapelle, du style roman, fut construite en plusieurs fois comme son voûtement le prouve. Devant la progression démographique du village, les autorités firent construire au XIXe siècle une seconde église, à peine plus grande, dans le centre du village actuel.

Au XXe siècle le village se modifie. En plus de la construction de la nouvelle église, au siècle précédent, les élus font construire un clocher-tour civil. Cet ouvrage est curieux, aérien, d’un aspect étrange. Il appartient désormais à l’histoire du village.

Constamment rénové par les municipalités successives depuis une trentaine d’années, Planèzes est aujourd’hui un charmant village où il fait bon vivre. La commune a bénéficié d’un important legs immobilier qui lui a déjà permis de mettre à la disposition des habitants un petit parc, ainsi qu’une nouvelle mairie décorée à la marocaine. A noter aussi de jolis gîtes ruraux construits sur la partie rocheuse du village. On n’oubliera pas de visiter la cave coopérative et de découvrir les ruines du moulin à huile.

Divers chemins permettent de découvrir le paysage environnant, et notamment d’aller vers la tour de Trémoine.

A découvrir à proximité le village de Caramany.

Publié dans Villages Pyrenees Orientales 66 | Pas de Commentaire »

Opoul-Perillos (66)

Posté par villagesenfrance le 3 mars 2008

opoul
Album : opoul

7 images
Voir l'album
Opoul-Périllos est une vaste commune de 5053 hectares, située au nord-est du département, à la limite avec l’Aude. Sous sa forme actuelle, elle date du 1er janvier 1972 (fusion entre Opoul et Périllos, village où il ne restait que quatre habitants au recensement de 1968). Nous sommes dans un territoire dominé par le calcaire, avec de nombreuses formations karstiques (grottes, crevasses, dolines). Le village se situe dans une dépression où le calcaire se mêle aux argiles rouges.

Le village d’Opoul est mentionné vers 1100 sous la forme Oped, puis Opidum en 1149. Périllos est également cité en 1100 (Perelons), puis Perillons et Perellons au XIIIe siècle.

L’église paroissiale du 18°s est dédiée à saint Laurent, auquel on a ajouté saint Michel depuis que l’église de Périllos n’est plus paroissiale. Elle est d’origine romane, mais elle a été profondément modifiée au XVIIe puis au XXe siècle. A l’intérieur, quelques intéressants retables du XVIIIe siècle, mais surtout une belle collection de tableaux du XVIIe illustrant les principaux thèmes issus de la contre-réforme

Après la viste du village d’Opoul, agréablement aménagé, il faut prendre la route étroite qui mène au parking du château de Salvaterra. De là, un sentier nous conduit à un plateau parsemé de restes de fortifications et d’éventuelles habitations, et bien sûr au château, dont on devine qu’il fut imposant. Depuis ses ruines, on domine le village d’Opoul, mais aussi l’étang de Salses et la mer. Après cette visite, la même route, de plus en plus étroite, conduit à l’ancien village de Périllos, que l’on atteint après être passé devant la petite chapelle Sainte-Barbe, restaurée récemment. Le village est désert et tombe en ruines, à l’exception de son café ouvert en juillet et en août, et de son église, dédiée à saint Michel. C’est un édifice roman (XIIe siècle ?) à abside semi-circulaire. Dans le village, on notera aussi les restes du château des Perellós, et le petit cimetière avec ses quelques tombes, pour la plupart anonymes.

Publié dans Villages Pyrenees Orientales 66 | 3 Commentaires »

Villefranche de Conflent (66)

Posté par villagesenfrance le 26 février 2008

villefranche conflent
Album : villefranche conflent

9 images
Voir l'album
Entourée d’une puissante enceinte fortifiée et au confluent de deux rivières, Villefranche-de-Conflent , classé parmi les plus beaux villages de France, commande une vallée encaissée que le Massif du Canigou sépare de l’Espagne.
http://www.villefranchedeconflent.fr

Créée en 1092 par le comte Guifred de Cerdagne au confluent de deux vallées, la ville reçut très tôt des franchises, d’où son nom. Elle perdit son importance au 18ème et son déclin fut consacré par le transfert de la viguerie à Prades en 1773.

A voir les remparts du 11ème courtines, tour médiévales, portes néo-classiques, la tour du Diable 1454, des maisons 12ème, 13ème, 14ème.

Très belle Eglise paroissiale Saint-Jacques du 11ème/13ème avec nef 12ème doublée d’une nef parallèle à la fin 12ème, prolongées jusqu’à un chevet plat au 13ème, crypte-pourrissoir souterraine ; 2 portes romanes en marbre sculpté 11ème, autel roman ; inscriptions 1263, 1306, 1308, 1328 ; retables de saint Pierre 1627, de la Vierge 17ème, de Notre-Dame-de-Vie par Joseph Sunyer 1715 ; Christ 14ème, Christ aux Outrages 17ème, autre Christ 17ème ; autres statues, toiles et marbres funéraires 17ème et 18ème, nombreux ex-voto.

Passer devant l’Eglise Saint-André romane et les ruines de l’église Saint-Etienne de Campilles.

A admirer à quelques pas de là, l’Abbaye de St Michel de Cuxa et surtout le Fort Liberia construit par Vauban en 1681 et fortifié sous Napoléon III et souterrain 17ème de 734 marches : chemins de ronde, galeries de contrescarpe, bastions, ancienne prison de femmes, chapelle, souterrain de 1000 marches du fort à la ville.

Publié dans Villages Pyrenees Orientales 66 | 4 Commentaires »

Tautavel (66)

Posté par villagesenfrance le 26 février 2008

tautavel
Album : tautavel

3 images
Voir l'album
C’est dans un petit village viticole des Corbières que l’Homme de Tautavel, vieux de 450 000 ans, a été découvert dans la Caune de l’Arago, un des gisements les plus importants du monde. Le musée présente des collections préhistoriques uniques, mises en valeur par les techniques les plus modernes de la muséographie.
http://www.tautavel.com

Lors de la visite de ce village de Tautavel, on y découvrira les vestiges du château datant du 13èmes, la tour dite del Far, tour à signaux du 13ème.

La chapelle des Saintes-Puelles du 19°s et l’église paroissiale Saint-Génis de 1615 valent également le détour. Beaucoup de choses à dire sur cette église: nef unique, portail et clocher avec cage de fer forgé du 19ème, retable de la Vierge du 18ème, statues également du 18ème de saint Sébastien et saint Gaudérique, statue du 17ème de saint Genis (dans le retable), et groupe des stes Puelles fin du 19ème.

Faire les Gorges des Gouleyrous et visiter le village d’Estagel.

     

Publié dans Villages Pyrenees Orientales 66 | Pas de Commentaire »

Sainte-Colombe de la Commanderie (66)

Posté par villagesenfrance le 26 février 2008

colombe
Album : colombe

5 images
Voir l'album
Village typique vigneron appartenant aux villages de caractère du département et situé dans l’arrière pays Perpignanais, le village de Sainte-Colombe-la-Commanderie est célèbre pour la commanderie de templiers qu’y fonda Richard d’Harcourt en 1150.

Le bourg est très bien préservé est issu donc de l’époque templière avec de belles maisons de pierres.

L’église Sainte colombe du 16° et 18° est un bel édifice de pur style roman avec une seule nef couverte d’une voûte en berceau brisé, terminée à l’est par une abside semi-circulaire. Elle est remarquable par son superbe appareillage en pierre de taille parfaitement ajustées d’une couleur dorée. Sa construction est sévère, sans aucune ornementation, aucune fresque, aucune pierre sculptée ou gravée.

A voir également la grange dîmière aux armes de Philippe de Mailly, la commanderie Saint-Etienne-de-Renneville avec sa grange, fournil, maison du fermier et ses vestiges des enclos.

Publié dans Villages Pyrenees Orientales 66 | Pas de Commentaire »

Mosset (66)

Posté par villagesenfrance le 26 février 2008

mosset
Album : mosset

7 images
Voir l'album
Accroché à son éperon rocheux dominant fièrement la vallée, le village de Mosset récemment classé parmi les plus beaux villages de France est riche de son patrimoine de ruelles médiévales et de fontaines d’eau de source. Beaucoup de maisons du village présentent notamment sur leurs façades des pièces en marbre gris d’extraction locale, provenant du pillage du château lors de la Révolution.

Le village est agrémenté de plusieurs autres édifices comme la Porte de la ville avec Vierge 13ème, le Manoir datant du 15ème, la Tour de Mascarada et d’anciens bâtiments du monastère de Corbiac (métairie) : armes parlantes, un corbeau (1527).

L’architecture religieuse est très présente sur le site:

  • Ruines de l’ancienne église paroissiale romane.

  • Eglise paroissiale Saint-Julien et Sainte-Basilisse dite « nova », 16ème, réparée au 17ème, terminée au 18ème : retables de saint Sébastien 17ème, du Rosaire 1652, autre retable 18ème, panneaux de retable baroque ; statues 17ème et 18ème, croix de procession 1437, toiles fin 18ème ; lustre 17ème, coffret-reliquaire 15ème, roue à clochettes 17ème/18ème, 2 pierres tombales 18ème ; Vierge de Corbiach au presbytère.

  • Chapelle de Corbiac 13ème: galerie sud, bâtiments à l’ouest de la chapelle; peintures murales 16ème ; armes du prieuré un corbeau (corbiac en catalan).

  • Ruines de l’abbaye de Jau.

  • Ruines de la chapelle Saint-Estève.

  • Eglise Sainte-Marie de Vedrinyans, abandonnée.

http://mossetvillage66.free.fr

Publié dans Villages Pyrenees Orientales 66 | Pas de Commentaire »

12
 

Chiara |
Les apprentis comédiens |
mes ouvrages |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | masque
| La magie dans tous ses états.
| Famille-Amis-Echanges-Loisi...