Libourne (33)

Posté par villagesenfrance le 17 février 2008

Libourne
Album : Libourne

3 images
Voir l'album
Ce que voulait Edouard Ier, fondateur de Libourne, c’était une ville portuaire qui vienne doubler Bordeaux.

Libourne est aujourd’hui une commune urbaine tout en conservant certainees facettes rurales. Ce double caractère est aujourd’hui moins évident qu’à la fin du XVIIIème siècle où, une fois passées les portes de la bastide, on se retrouvait dans les champs !

Libourne fut une importante ville de garnison avec la construction des casernes de LAMARQUE et de PROTEAU. Après avoir abrité des régiments de cavalerie et d’infanterie, elles sont devenues en 1959 le centre d’instruction santé de l’Armée et en 1980 l’Ecole Nationale des Officiers de Réserve de santé des armées, mais la suppression du service militaire a entraîné la disparition de l’Ecole qui est remplacée aujourd’hui par une école d’instruction de la gendarmerie.

De très nombreux sites méritent une attention particulière:

Bastide portuaire occupée dès l’antiquité, au confluent de l’Isle et de la Dordogne.

  • Ancienne bastide de Guyenne, fondée en 1268 par l’autorité anglaise et Jean de Grailly, dotée de privilèges et gouvernée par un collège de notables élus : la Jurade.
  • Filleule de Bordeaux du 14ème à la Révolution, Libourne suivit la politique de la métropole jusqu’au départ des troupes.
  • Anglaises en 1453.
  • Ville à majorité catholique, sa proximité avec les foyers protestants en fit le théâtre de luttes pendant les guerres de Religion.
  • Libourne fut également assiégée pendant la Fronde.
  • Sous la Révolution, elle devint chef-lieu de district, puis au 19ème chef-lieu d’arrondissement et sous-préfecture.
  • Port actif jusqu’au 19ème.
  • Rue médiévale du « Carreyron ».

Vestiges préhistoriques et antiques

  • Sépultures gallo-romaines, restes d’un important habitat et d’un four de potier.

Architecture civile

  • Quartiers anciens.
  • Vestiges d’enceinte, porte du Port, tour du Grand-Port 14ème, tour du Guet
  • Place Abel-Surchamp entourée d’arcades, maisons 16ème à 19ème.
  • Hôtel de ville 15ème, très restauré début 20ème: cloches du beffroi 15ème et 16ème, groupe de marbre 18ème de Falconet ; toiles de Philippe de Champaigne*, de Lagrenée, de Rolland 19ème.
  • Maison, 7 rue du Président-Carnot : tourelle d’escalier 16ème .
  • Château du Pintey: lambris et cheminée; pigeonnier.
  • Château de Sales 17ème
  • Maisons 18ème (souvent beaux lambris 18ème) à très belles ferronneries.
  • Pont sur la Dordogne 19ème, élargi 20ème.

Architecture sacrée

  • Eglise Saint-Jean gothique 14ème/15ème, remaniée à diverses époques : toiles 17ème et 18ème de Manfredi, Philippe de Champaigne, Prudhomme, Suvée et Théophile Lacaze 19ème.
  • Chapelle romane de Condat
  • Ancien couvent des cordeliers : vestiges de l’église
  • Synagogue, cour intérieure et passage couvert

A proximité le village de Saint-Emilion

Laisser un commentaire

 

Chiara |
Les apprentis comédiens |
mes ouvrages |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | masque
| La magie dans tous ses états.
| Famille-Amis-Echanges-Loisi...